• Audrey Le Tarnec

Trouble du stress post-traumatique : qu’est-ce que c’est ?

Comprendre le TSPT pour mieux le prendre en charge

Nous avons tous déjà vécu une situation dangereuse, que ce soit pour sa propre sécurité ou celle d’un proche, comme le fait d’éviter de justesse un accident de la route. Lorsque cette situation apparaît, nous ressentons immédiatement un niveau élevé d’anxiété et de peur. Notre corps, en réaction à ce péril imminent, libère de l’adrénaline. Cette réaction physique fait partie d’un mécanisme de défense naturel dont le but ultime est d’assurer notre survie à la suite d'un évènement traumatique.

Généralement, les effets disparaissent quelques heures après l’évènement. Cependant, ce n’est pas le cas chez les personnes atteintes d’un trouble stress post-traumatique (TPST). Bien sûr, cette réaction n’est pas sans conséquence importante sur les activités personnelles, familiales et sociales. Quels sont donc les symptômes de ce trouble qui affecte tant le quotidien, peut-on poser un diagnostic et surtout, comment emprunter la voie de la guérison ?


TSPT - Psycho traumatisme - Dissociation - Psychologue EMDR Bayonne

Qu’est-ce qu’un trouble du stress post-traumatique (TSPT) ?

Le trouble du stress post-traumatique est comme les vagues qui s’étendent par ricochet. Conséquence d’un évènement terrible, il se répercute de manière durable et prolongée. Un TPST est généralement provoqué par des sentiments de peur, d’impuissance ou d’horreur. Les combats, les catastrophes naturelles ou les agressions sexuelles sont des causes fréquentes.

Aucune explication n’existe sur les raisons qui font émerger un trouble du stress post-traumatique chez une personne, mais pas chez une autre. Un évènement, aussi dramatique soit-il, n’aura pas la même incidence sur les personnes qui le vivent. Même si son origine demeure mystérieuse, ses symptômes en revanche, sont bien plus connus.


Quels sont les symptômes d’un stress post-traumatique ?

Dans le DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), les états de stress aigu et de stress post-traumatique appartiennent à la catégorie des troubles anxieux. Afin de mettre en évidence ce qui distingue un TPST, le DSM-V indique quatre types de symptômes caractéristiques :

  • la reviviscence ;

  • l’hyper réactivité ;

  • l’évitement ;

  • les altérations négatives persistantes dans les cognitions et l’humeur.


Comment s’expriment concrètement les symptômes du tspt ?


Reviviscence : Intrusion répétée et incontrôlable du souvenir

La reviviscence se définit comme ce qui se vit à nouveau. Ainsi, l’évènement traumatique refait surface sans crier gare, dans un cycle permanent. Il nous envahit pendant notre sommeil avec des cauchemars récurrents, il survient au milieu d’une journée ordinaire, il s'immisce dans notre esprit au détour d’une conversation banale : chaque occasion est un prétexte pour qu’il émerge.

Des objets, des lieux ou des personnes peuvent agir comme un élément déclencheur. Un feu d’artifice ou un verre qui se brise peut par exemple rappeler des coups de feu, l’eau peut évoquer un épisode dangereux en mer, un vent violent agir comme un retour au milieu d’une tempête ou un menton carré retracer le visage d’un agresseur.


Hyper réactivité : Altération de la vigilance et des réactions

Le trouble du stress post-traumatique se manifeste souvent à travers le sommeil. Fermer les yeux, s’exposer aux rêves et à la vision bien trop précise du souvenir plonge dans l’angoisse. Aussi, s’endormir devient une épreuve. La préoccupation constante n’apaise nullement l’esprit qui s’agite constamment et ne trouve, dans le sens figuré comme littéral, jamais de repos. Cet état d’hyper vigilance s’accompagne de réactions vives au quotidien, comme des sursauts intempestifs.


Evitement : Comportement d’évitement de tout ce qui rappelle l’évènement

Une réaction instinctive face à un traumatisme consiste à éviter tous les éléments qui peuvent le faire ressurgir. Le fait d’emprunter un chemin plus long pour ne pas traverser une rue particulière, de se retirer de la foule ou de s’éloigner de tous trajets avec des transports en commun représentent un comportement d’évitement. Bien sûr, les pensées, les sentiments et les conversations peuvent aussi déclencher ce désir de fuite. Tous les éléments qui ravivent la mémoire sont écartés.


Altérations négatives persistantes : Effets sur les pensées et humeur changeante

Parfois, l’évènement traumatique véhicule une telle souffrance que l’esprit, pour se protéger, l’efface temporairement. C’est ce que l’on appelle une amnésie dissociative. Beaucoup de personnes subissent également une forte dépression à la suite de leur expérience. Les activités présentent moins d’intérêts et un écart émotionnel se creuse avec le reste du monde. Cette sensation d’insensibilité est également un symptôme d’un stress post-traumatique.


De même, la culpabilité résonne souvent pour les victimes, que ce soit envers elles-mêmes ou envers les autres. Survivre quand d’autres ont péri, s’être tue face aux violences, assister à un drame sans pouvoir agir ou en vouloir à un proche par manque de soutien sont autant d’exemples frappants.


D’autres symptômes à ne pas négliger : Addictions, conduites à risque ...

Les victimes d’un traumatisme établissent parfois des activités rituelles pour compenser leur anxiété. Après avoir subi une agression sexuelle, il est courant de prendre des bains répétés dans l’objectif d’éliminer une sensation de saleté.

Face à la souffrance vécue, l’échappatoire repose aussi sur des psychotropes, que ce soit la prise d’alcool ou de drogue. De cette manière, la réalité perd temporairement de sa substance, tout comme le souvenir traumatique.


Comment diagnostiquer un TPST ?

Un examen clinique, sur la base de critères spécifiques, permet de diagnostiquer un trouble du stress post-traumatique :

  • l’exposition à un événement traumatique, directement ou indirectement ;

  • l’observation de symptômes persistants depuis 6 mois ou plus ;

  • plusieurs symptômes associés aux catégories citées précédemment ;

  • une souffrance importante, voire invalidante.


Cependant, un TPST est rarement diagnostiqué en raison de la diversité et de la complexité des affections qu’il provoque.


Quelle est la durée d’un trouble stress post-traumatique ?

L’intensité et la durée du TPST sont aussi variables que les expériences qui l’ont vu naître. Les symptômes peuvent s’étendre de quelques semaines à plusieurs années. Parfois, le problème peut devenir chronique.


D’après l’INSERM, les troubles disparaissent généralement dans les trois mois ou deviennent chroniques dans 20 % des cas. La prise en charge se révèle donc primordiale pour sortir de cette spirale et se libérer.


Guérir d'un traumatisme - TPT -  EMDR Bayonne

Comment entamer une guérison d’un stress post-traumatique ?

Avec l’aide appropriée, votre vécu traumatique peut s’alléger. C’est l’objectif de différentes thérapies qui travaillent à renouer avec la part de vous-même qui s’est brisée.


Consulter un psychologue spécialisé en thérapie cognitive et comportementale (TCC)

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) vise à soustraire les pensées et les comportements nuisibles qui alimentent le trouble du stress post-traumatique. Progressivement, la personne est exposée à un élément stressant pour apprendre à ne plus le percevoir comme menaçant. Grâce à un meilleur contrôle de la respiration, l’anxiété diminue et de nouvelles perspectives positives cèdent place aux croyances sources de détresse. Il s’agit d’une approche flexible puisqu’elle s’adapte aux besoins de chacun.


Commencer des séances avec un psychothérapeute spécialisé en EMDR

La pratique de l’EMDR (Eye movement desensitization and reprocessing) se traduit par la désensibilisation et le retraitement par les mouvements oculaires. Le psychothérapeute va créer une alternance de stimulations gauche/droite à un endroit précis du corps, cela passe par le mouvement des yeux bien sûr, mais aussi par des tapotements sur les jambes ou des bruits qui voyagent d’une oreille à l’autre. Le principe consiste donc à se remémorer l’évènement traumatique, tout en répétant un exercice bilatéral. L’EMDR permet ainsi de changer le traumatisme en un simple souvenir.


Rencontrer un thérapeute psychocorporel

La thérapie psychocorporelle travaille sur le corps pour apaiser les maux de l’esprit et libérer les émotions enfouies. Les souvenirs douloureux sont bien souvent refoulés dans l’inconscient et enregistrés dans le corps. Que ce soit par la rigidification des muscles ou par le biais de la posture, le corps est une véritable porte d’entrée vers le passé. En alternant verbalisation de son ressenti et travail corporel, le thérapeute retrace les blessures émotionnelles afin de digérer les émotions associées à un événement traumatique pour les soulager durablement.


Prise en charge du stress post-traumatique à Bayonne, au Pays basque


Thérapies du psycho traumatisme: Psycho corporelle - TCC - EMDR Bayonne

Ma méthode d’accompagnement consiste à comprendre les conséquences de votre vécu traumatique pour vous en libérer. En décodant les empreintes de ce scénario dans la mémoire corporelle, nous allons chercher ensemble à désactiver la charge émotionnelle associée à l’évènement traumatique. Tout cela dans le but de vous soutenir dans votre reconstruction.


Se libérer du traumatisme - EMDR Bayonne

Ma force, mon vécu


Thérapeute à Bayonne, proche de Biarritz et Anglet

Installé dans les Pyrénées-Atlantiques, à deux pas des Landes, mon cabinet se situe à Bayonne. Ce lieu chaleureux, non loin du Petit Bayonne et du fleuve de l’Adour, vous accueille pour vous affranchir des blessures invisibles à l’œil nu.


Ensemble, nous écouterons votre corps pour qu’il nous livre son expérience. À travers chaque séance, nous dénouerons vos blocages afin de vous libérer de votre vécu traumatique.


Un accompagnement dédié aux femmes & aux hommes ; adultes & adolescents.




4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout